Actualités

Comparatif des 7 modèles pour votre projet de création d’entreprise

Vous souhaitez créer une entreprise, mais vous ne savez pas bien par ou commencer. Quelle démarche effectuer ? Certaines personnes vous parlent d’un business plan, d’autre de vous lancer directement, ou encore de s’axer sur la productivité ou sur la rentabilité… Dans cet article, nous allons étudier les différentes pistes qui s’offrent à vous pour débuter votre affaire.

 

1. Êtes-vous plutôt « action » ou « réflexion » ?

(Le paradigme de rationalité)

En philosophie, sciences humaines et sociales (psychologie, psychologie sociale, économie), la rationalité caractérise un objet, et notamment un comportement, dont l’émanation est influencée par un usage de la raison. Appliquée à l’ordre de la connaissance, la rationalité forme le rationnel ; appliquée à l’ordre de la pratique, elle forme le raisonnable. What ???

Mais de quoi me parle-t-il allez-vous me dire !!! Et bien, pour simplifier, il s’agit pour vous de déterminer quelle méthode vous allez vouloir utiliser pour créer une entreprise :

  • Réflexion : souhaitez-vous décrire et formaliser l’activité que vous souhaitez, partir d’une idée précise d’entreprise et la décrire en vous fixant des objectifs ? Dans ce cas, c’est une logique causale, aussi appelée logique prédictive qui vous correspond.
  • Action : ou souhaitez vous vous lancer sans trop avoir d’idée préconçue, en avançant étape par étape et en favorisant l’action avant tout ? Dans ce cas, c’est une logique effectuale qui vous correspond, en avançant par itération.

 constructionmodeleaffaire

2. Vous êtes plutôt « réflexion »

2.1 Le business Plan

Le Business plan (d’autres noms existent pour le Business plan : Le plan d’affaire, le plan de développement, la stratégie d’affaire) est un document sur lequel vous allez formaliser par écrit les projections d’évolution de l’entreprise.

office_128pxOrigine Selon Claude Ananou, maitre d’enseignement à HEC Montréal, « Le plan d’affaires a pour origine les plans soviétiques. L’URSS a en effet inventé un système de planification de son économie qui consistait à créer des plans industriels sur 5 à 10 ans. Ce système a ensuite été repris par les nations occidentales comme la France pour enfin être adopté par les grandes entreprises suite à la crise pétrolière des années 70. Un monde de moins en moins prévisible et le développement de l’informatique facilite l’émergence de cette nouvelle pratique que connaissent peu les entrepreneurs à l’époque. »
chat_128pxPour qui Pour les entrepreneurs ou futurs entrepreneurs qui désirent planifier le projet dans son ensemblePour présenter son projet à des financiers (banquiers, apporteurs d’affaires, business Angels,…)
paste_128pxDéroulement
  1. Le résumé opérationnel (ou Executive Summary) : Brève présentation de l’entreprise, La valeur ajoutée de votre entreprise, Votre Business Model, Aperçu du marché, L’équipe, La stratégie et les objectifs, Les prévisions, Les fonds nécessaires
  2. Le produit ou service : Votre offre, Le stade de développement, Les Plus de votre offre
  3. L’histoire du projet : naissance du projet, pourquoi cette idée, chemin déjà parcouru, votre situation actuelle
  4. L’équipe : membres, compétences, répartition, partenaires
  5. Le marché : La nature du marché, La clientèle
  6. La concurrence : directe et indirecte, analyse
  7. Les objectifs : Calendrier, Objectifs économiques
  8. La stratégie : moyens et ressources, partenaires et alliances, contrôle
  9. Le plan opérationnel : La R&D, L’industrialisation, Le plan marketing / de communication, La commercialisation
  10. Les prévisions financières : Le plan de financement, Le compte de résultat prévisionnel, Le plan de trésorerie
  11. Les statuts : forme juridique
  12. Facteurs clés de succès et risques
chart_2_128pxAvantages
  • Plan détaillé et complet
  • Points financiers ultra complet
  • Temps de maturation du projet
  • Éclaircir toutes les zones d’ombre du projet
  • Planifier toutes les actions à effectuer
  • Utile pour les partenaires économiques (banques, …)
cut_128pxInconvénients
  • Temps de réalisation et de rédaction long
  • L’utilité de ce document est remis en cause par de nombreux spécialistes
  • Plan statique qui ne prend pas en compte les retards, les imprévus, les dysfonctionnements
chart_3_128pxOutil write-593333_640

2.2 Le business Case / IpOp

Un business case (en management) est une proposition structurée, qui marque un changement dans la conduite des affaires. Ce changement se trouve justifié du point de vue des coûts et bénéfices.

office_128pxOrigine L’origine du Business Case n’est pas clairement établie, toutefois, il semblerait qu’il se soit progressivement créé sur les bases des fiches d’investissement et les ROI (Return On Investment, Retour sur investissement).
chat_128pxPour qui Pour les entrepreneurs et futurs entrepreneurs qui veulent rentabiliser au plus vite leur affaire.A noter que ce type d’outil peut tout à fait être utilisé dans le cadre d’un projet de développement d’activité dans une entreprise existante.
paste_128pxDéroulement D’après TheComplete Value EngineeringProgram, un business case doit contenir tout ou partie des types d’informations suivantes :

  1. Référence – nom/référence du projet, origines, contexte, état actuel
  2. Contexte – Objectifs/opportunités financiers, alignement stratégique financier (priorité)
  3. Proposition de valeur – résultats financiers désirés, feuille de route pour les résultats, bénéfices financiers (suivant résultat), valeur des bénéfices quantifiés, scénarios financiers coûts/ RSI, Risques/coûts de ne pas agir, risques du projet (pour le projet lui-même, bénéfices et business).
  4. Concentration – Etendue des problèmes/solutions, hypothèses/contraintes, options identifiés/évalués, ampleur, échelle, et évaluation de la complexité.
  5. Livrables – Résultats, livrables et bénéfices planifiés, espaces organisationnels concernés (sur le plan interne et externe), intervenants clé, dépendances
  6. Charge de travail – Approche, définitions des phases et étapes (activités et modifications du projet, activités de distribution technique, devis ou panne dans la charge de travail, plan et planification du projet, ressources de l’équipe, fonds
  7. Implication (requise) – Contrôles du projet, rapports, livrables, budget/plan financier.
chart_2_128pxAvantages
  • Pallier à un manque de visibilité sur les résultats attendus
  • Valider les questions économiques et les investissements
  • Orienté sur l’étude de rentabilité et sur l’évaluation des risques
cut_128pxInconvénients
  • Il ne comprend pas nécessairement de plans d’actions détaillés
  • Cela peut être une étude préalable à un autre outil par la suite, par exemple, un Business Plan
  • Il faut tenir une certaine rigueur pour que le Business Case soit pertinent
chart_3_128pxOutil Feel free to use this image just link to www.rentvine.com

 

2.3 Le business Model Canevas

Il permet de représenter en une seule page, au travers d’un canevas, l’ensemble de votre modèle économique. Vous pouvez y jeter vos idées sans travail fastidieux d’écriture, y coller des Post-it®, dessiner, raturer, lister vos contacts, agrafer des notes, …

office_128pxOrigine Le Business Model Canvas a été initialement proposé par Alexander Osterwalder (auteur indépendant Suisse, un conseiller et un ‘business model innovator’) et Yves Pigneur (Professeur de management et de gestion des systèmes d’information à l’université de Lausanne) présentent en 2008 cette nouvelle approche dans un ouvrage nommé « Business Model nouvelle génération : Un guide pour visionnaires, révolutionnaires et challengers« .
chat_128pxPour qui Pour les entrepreneurs ou futurs entrepreneurs qui souhaitent modéliser rapidement un modèle d’affaire de manière simple et pragmatique, et le synthétiser en une seule page.
paste_128pxDéroulement Le BusinessModel Canevas comporte 9 briques qui traduisent les principaux aspects économiques d’une entreprise :

  1. Les clients : Vous devez déterminer qui ils sont. Segmentez-les. Différenciez vos clients de vos utilisateurs.
  2. L’offre : C’est ce qui incite un client à choisir votre entreprise plutôt qu’une autre. Votre offre est-elle plus performante ? Plus esthétique ? Plus accessible ? Plus personnalisable ? Plus compétitive ? Etc. Elle doit répondre à un besoin existant.
  3. Les canaux : Comment allez-vous faire connaître votre offre, la vendre, la distribuer et en assurer le SAV ?
  4. La relation client : moyens employés pour vous assurer la fidélité de vos clients, en acquérir de nouveaux, faciliter l’acte d’achat, voire augmenter la fréquence d’achat.
  5. Les revenus : comment vont payer vos clients ? Quand vont-ils payer ? Avant ou après que vous ne dépensiez ? Quel est le prix pratiqué selon vos différents segments de clientèle ?
  6. Les ressources clés : moyens matériels, immatériels, humains, et financiers
  7. Les activités clés : elles traduisent concrètement ce que fait l’entreprise : achat/revente, conception, fabrication, place de marché internet, gérer un site internet et un centre de logistique, rechercher et à analyser des informations, et à préconiser des actions…
  8. Les partenaires clés : ce sont les alliés extérieurs de l’entreprise grâce auxquels vous pourrez faire évoluer et améliorer votre offre : fournisseurs, sous-traitants, coproducteurs, d’intégrateurs, d’experts,…
  9. Les coûts : évaluer l’ensemble des coûts indispensables au bon fonctionnement de l’activité : achat de marchandises, de matière première, loyer, prime d’assurance,…
chart_2_128pxAvantages
  • Rapidité de création
  • Des outils gratuits mis à la disposition de tous
  • Une première approche qui permet de décrire et synthétiser une entreprise simplement
  • Analyser comment se construisent les flux de revenus et les coûts de l’entreprise
  • Moyen de structurer et d’expliquer la logique d’une entreprise
cut_128pxInconvénients
  • Ce n’est qu’une représentation de l’entreprise et de sa stratégie, un outil pour formaliser sa pensé
  • Philippe Mouricou, professeur de stratégie à France Business School : 
    • c’est un outil qui ne repose pas vraiment sur des approches conceptuelles claires
    • c’est un outil qui fonctionne très bien avec les entreprises mono-activité, il devient compliqué à utiliser lorsqu’une entreprise a plusieurs activités
    • caractère très statique de l’outil
chart_3_128pxOutil Business-model-generation-canvas-en-français

 

 

3. Vous êtes plutôt « action »

3.1 L’effectuation

L’effectuation est une approche qui permet de partir d’une idée assez simple, voire pas d’idée du tout, de s’appuyer sur les moyens dont on dispose (votre personnalité, votre réseau de contacts, votre savoir…) et d’inventer votre affaire en cours de route, en tirant parti des surprises et en faisant des essais à coup de perte acceptable.

office_128pxOrigine En 2001, Saras Sarasvathy, Professeur associée de la business administration à l’Université de Virginie, apporte un éclairage nouveau pour expliquer le processus de prise de décision des entrepreneurs : l’effectual correspond à une rationalité qui s’oppose au mode causal ou prédictif.
chat_128pxPour qui Pour les entrepreneurs et les futurs entrepreneurs qui souhaitent se lancer rapidement dans l’action.Pour les entrepreneurs conscient que l’avenir est imprévisible et qu’il faut naviguer dans un monde et un marché incertain.
paste_128pxDéroulement Selon les Echos Business, les 5 principes de l’effectuation sont :

  1. Principe 1 : Démarrez avec ce que vous avez : la personnalité de l’individu, les ressources, les connaissances, le réseau (Le succès dépend de cette capacité à mobiliser autour de son projet les ressources de son réseau. Cela peut être pour demander le prêt d’un local ou d’un véhicule, du savoir-faire pour créer un site internet, un contact d’investisseur ou de client,…)
  2. Principe 2 : La perte acceptable : se fixer des limites, de savoir ce qu’on est prêt à perdre : quelques mois pour monter un projet, 3000 euros pour lancer un site internet de test,…
  3. Principe 3 : le patchwork fou : le résultat n’est jamais connu à l’avance et dépend des idées, des ressources, des opportunités et des personnes qui s’ajoutent au projet
  4. Principe 4 : Tirer partie des surprises : ce n’est pas les prévisions, la planification à outrance qui coûte du temps et de l’argent qu’il faut, mais la capacité à réagir aux surprises (retards, imprévus, dysfonctionnements)
  5. Principe 5 : Rien n’est inéluctable, rien n’est écrit : il faut rentrer dans un processus itératif. Avant d’ouvrir une boutique physique, pourquoi ne pas tenter avec un site de vente en ligne. Avant de lancer un site de vente en ligne, pourquoi ne pas tester le marché et le potentiel via des sites de vente en ligne existants. Le tout est de se lancer, marche par marche et de repenser le projet à chaque étape.
chart_2_128pxAvantages
  • Approche hyper intuitive
  • Approche sociale
  • Approche ouverte aux surprises et aux collaborations
cut_128pxInconvénients
  • Selon le journal du net :
    • La viabilité du projet est déterminée par la dynamique d’engagement des parties prenantes
    • Sans partie prenante, le projet n’est pas viable et restera à l’état d’une bonne idée
chart_3_128pxOutil effectuation

 

3.2 L’approche SynOpp

SynOpp est une démarche simple, basée sur la réflexion, la décision et l’action. Une approche terrain, concrète et interactive qui fait place à un nouvel outil, le “Dossier opportunités d’affaires”.

office_128pxOrigine L’approche SynOpp a été élaborée par Claude Ananou en 2005, serial entrepreneur et professeur à HEC Montréal, avec Louis Jacques Filion et Christophe Schmitt. « Syn » pour « sun », en grec, qui veut dire « avec » ou « ensemble » et « Opp » pour « opportunités ».
chat_128pxPour qui Selon La Ruche, cette méthode est particulièrement adaptée aux entrepreneurs qui ont besoin de savoir si leur idée correspond à une opportunité de marché. C’est également une méthode bien plus motivante que la rédaction d’un business plan, car basée sur l’action. Selon My-Business-plan.fr, la méthode SynOpp paraît parfaitement adaptée à des entrepreneurs qui en sont au stade de l’intuition.
paste_128pxDéroulement Selon le blog du dirigeant, l’approche SynOpp tourne autour de 7 questions qui représentent 7 étapes (à valider) dans le processus de création :

  1. Identifier le besoin à combler
  2. Identifier son segment de clientèle puis analyser les « accros », ces fameux clients d’ores et déjà convaincus
  3. Identifier son positionnement et son avantage concurrentiel
  4. Identifier les événements positifs de son environnement, qui pourront mener l’entreprise vers le haut
  5. Identifier les risques et les incertitudes liés à l’environnement et trouver des parades
  6. Identifier le point de départ du projet et les moyens de démarrer sans aide financière
  7. Mettre en place un plan d’action (et de développement), et pourquoi pas y ajouter une touche chiffrée avec le plan de financement

Chaque question doit se dérouler sur un principe RDA (Réflexion, Décision, Action), ce qui implique que le projet avance réellement d’itération en itération. A chaque étape, des actions sont engagées (rencontre de professionnels, de clients, prototype, …).

Exemple : Au lieu de lancer une production de grande ampleur, tester un prototype de très petite ampleur et monter en charge progressivement. Vous voulez lancer un restaurant, testez votre carte chez vous auprès de vos proches. Vous souhaitez concevoir un objet métallique en grande série, trouvez un sous-traitant pour le faire en petite série (impression 3D, métallerie,…) afin de présenter l’objet fini à de futurs clients, investisseurs, financiers.

chart_2_128pxAvantages
  • Permet d’aller sur le terrain pour valider des hypothèses
  • Permet d’alterner entre phases de réflexion, phases de décisions et phases d’actions
  • Pratique motivante pour les entrepreneur
  • Selon Dynamique-mag, l’approche SynOpp repose sur une démarche itérative, alors que le business plan pousse à réfléchir d’abord pour agir ensuite.
  • Selon Tendance-entreprise, contrairement à la méthodologie ultra linéaire du business plan, elle donne droit à l’erreur, au retour en arrière et au changement de cap
cut_128pxInconvénients
  • Selon My-Business-plan.fr, le business plan sera toujours utile pour convaincre une banque ou un financeur
  • Pour beaucoup, le Business Plan et la démarche SynOpp ne sont pas incompatibles et peuvent même être complémentaires
chart_3_128pxOutil spirale1

 

 

3.3 Le Lean Startup

Selon LeanStartupFrance, « Lean Startup » est une philosophie entrepreneuriale qui repose sur la vérification de la validité des concepts, l’expérimentation scientifique et le design itératif. Elle tend à réduire les cycles de commercialisation des produits, à mesurer régulièrement les progrès réalisés, et à obtenir des retours de la part des utilisateurs.
Le but : concevoir des produits et services qui répondent au mieux à la demande de leurs consommateurs.

office_128pxOrigine Concept développé en 2008 par Eric Ries (né en 1978) entrepreneur de la Silicon Valley, sur la base de la pensée Lean dans des entreprises high-tech de la Silicon Valley. Le terme lean (de l’anglais lean, « maigre », « sans gras », « dégraissé ») sert à qualifier une théorie de gestion de la production qui se concentre sur la « gestion sans gaspillage », ou « gestion allégée » ou encore gestion « au plus juste ».
chat_128pxPour qui Pour les entrepreneurs et les futurs entrepreneurs qui veulent tester un marché, une rentabilité maximisée en un minimum de temps et avancer étape par étape.
paste_128pxDéroulement Le Lean Startup se base en grande partie sur le concept du Costomer Development, qui consiste à produite un MVP (Minimum Viable Product). Selon Guilhem Bertholet, les 4 principes duCustomerDevelopment sont :

  1. La découverte des clients, ou Customer Discovery : qui sont les clients, quels sont leurs besoins, quels produits ou services pourraient apporter une solution. Il faut tester l’hypothèse en proposant rapidement un prototype (site de démonstration, impression 3D, plan rapide,…). C’est ce que nous appellerons un MVP (Minimum Viable Product).
  2. La validation des clients, ou Customer Validation : Dans la première étape, nous avons conçu un MVP (Minimum Viable Product), un produit « minimum » sans option ni superflux.  Il faut ouvrir les possibilités de marché à un peu plus d’ampleur, trouver le bon segment de marché, trouver un produit ou service réitérable, mettre en place les argumentaires de vente, élaborer une politique tarifaire et un modèle économique pérenne et rentable.
  3. La création du parc clients, ou Customer Creation : les premières ventes sont réalisées. Il va falloir intensifier les ventes, adapter correctement l’argumentaire et le modèle économique pour les stabiliser, imaginer des scénarios marketing et commerciaux.
  4. La construction de l’entreprise, ou Company Building : l’entreprise est lancée, il va falloir recruter de nouveaux talents, intensifier la croissance, améliorer l’organisation de l’équipe.
chart_2_128pxAvantages
  • Tester facilement et simplement un produit ou un service en se basant sur un produit minimum mais viable et fonctionnel
  • Approche itérative qui permet de valider les avancées du produit, étapes par étapes, avec la vision d’un ou plusieurs clients.
cut_128pxInconvénients D’après Guilhem Bertholet sur son blog :

  • C’est une vision à très court terme et ne permet pas une vision à long terme
  • Le Lean Startup ne favorise pas les projets qui prennent du temps à décoller
  • La lean startup tue l’innovation de rupture : c’est une méthode incrémentale
  • La Lean Startup réduit la passion : nous ne sommes plus dans la passion mais dans la raison
chart_3_128pxOutil the-lean-startup_big_picture

 

 

 4. Peut-on rassembler « Action » et « Réflexion »

Une rationalité à la fois Causale / prédictive et effectuale, deux approches qui semblent antinomiques. 

4.1 Le lean Canvas

L’idée de base du Lean Canvas est : aucune supposition ! Notre nouvelle idée, notre nouveau produit est sûrement génial. Mais il ne le sera vraiment que lorsqu’il aura fait ses preuves auprès de ses utilisateurs. (Lire plus sur Xebia)

office_128pxOrigine Inspiré des travaux sur le développement par la clientèle (CustomerDevelopment) et le mouvementLeanStartup lancés parSteveBlank etEric Ries,AshMAURYA a créé en 2010, la méthodeLeanCanvas, en associant les préceptes deleanstartup et le concept de BusinessModelCanvas.

chat_128pxPour qui Pour les entrepreneurs et futurs entrepreneurs qui veulent mener une réflexion sur leur projet sans pour autant passer des heures de formalisation et d’écriture et qui veulent rapidement se lancer dans l’action.
paste_128pxDéroulement Selon leBlog de Walter, le déroulement duleancanvas est :

  1. PROBLEME : une brève description des trois problèmes principaux que vous voulez résoudre.
  2. CLIENTELE : qui sont vos clients ? peuvent-ils être segmentés ? Si vous avez des clients très différents, il est préférable de faire deux canevas distincts notamment parce que les réponses pour chaque bloc peuvent être sensiblement différentes.
  3. PROPOSITION DE VALEUR UNIQUE : Quel est le slogan de votre produit ou la raison en quoi vous êtes différents et/ou meilleur.
  4. SOLUTION : Quelles sont les fonctionnalités minimum qui font que votre produit a de la valeur et se différencie (traduit par la proposition de valeur unique)
  5. INDICATEURS CLES : décrire les actions clés qui correspondent à du revenu ou de la rétention client.
  6. CANAUX : listez les canaux gratuits et payants que vous pouvez utiliser pour atteindre vos clients
  7. COUTS : liste de vos coûts fixes et variables
  8. REVENU : identifiez votre modèle de revenu (abonnement, commission, freemium…) ainsi que votre marge brute, votre seuil de rentabilité etc…
  9. AVANTAGES CONCURRENTIELS : généralement la plus difficile à remplir correctement.
chart_2_128pxAvantages
  • Allier action et réflexion
  • Simplicité et pertinence de l’approche
  • Formaliser simplement le projet
  • Se lancer facilement dans l’action
cut_128pxInconvénients
  • Les acteurs locaux ne sont peut-être pas encore sensibilisé à ces approches du fait de la « jeunesse » du lean canvas
chart_3_128pxOutil image_gallery

 

4.2 Les nouveaux modèles dérivés du Lean Canvas

Depuis la création du Lean Canvas, de nombreux modèles encore au stade expérimentaux voient le jour :

11 Trackbacks / Pingbacks

  1. Le business plan – Formalisation écrite des projections d’évolution | Relayeur.fr
  2. Comparatif des 7 modèles pour votre proj...
  3. Le business case – Proposition structurée justifiée par coûts / bénéfices | Relayeur.fr
  4. Le business model canvas – Représentation synthétique des projections d’évolution | Relayeur.fr
  5. L’effectuation – Invention de l’affaire en cours de route | Relayeur.fr
  6. Comparatif des 7 modèles pour votre projet de création d’entreprise | StartingList
  7. Comparatif des 7 modèles pour votre proj...
  8. L’approche SynOpp – Démarche de réflexion, décision et action | Relayeur.fr
  9. Le lean startup – Validation, expérimentation et itération | Relayeur.fr
  10. Le lean canvas – Aucune supposition et acceptation des utilisateurs | Relayeur.fr
  11. Pierre02 | Pearltrees

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :