Actualités

Pour soigner les personnes paralysées, l’Homme fera repousser des cellules nerveuses dans les moelles épinières sectionnées (Relai 15GH-3)

Chute d’un échafaudage, accident de la route, plongeon en eau profonde, victime de violence… En 2005, dans le monde entier, c’était prêt de deux millions de personnes qui vivaient avec une lésion de la moelle épinière. A l’heure actuelle, nous ne savons pas encore réparer cette moelle spinale, ce qui provoque des diminutions de la mobilité et / ou de la sensibilité (tétraplégie, paraplégie, hémiplégie…).

Pour soigner les personnes paralysées, l’Homme fera-t-il repousser des cellules nerveuses dans les moelles épinières sectionnées ?

Wolverine est un personnage de fiction appartenant à l’univers de Marvel Comics. Son principale pourvoir est son facteur auto-guérisseur qui lui permet de cicatriser très rapidement après une blessure et de régénérer ses tissus blessés ou sectionnés.

Cela reste de la science fiction. Mais est-ce si improbable ?

Alain Privat, Directeur de l’équipe de la moelle épinière à l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM) répond aux lecteurs du magazine « La recherche » en 2009 à la question « Pourquoi ne sait-on pas réparer la moelle épinière ? ». Il précise que les avancées ces 25 dernières années sont conséquentes et la recherche a aujourd’hui trois directions prometteuses pouvant conduire à des applications chez les blessés de la moelle épinière : dans les heures qui suivent un accident, il est possible d’administrer des molécules neuroprotectrices empêchant l’extension des lésions. Lors d’un accident, une cicatrice se forme au niveau de la lésion empêchant la repousse des cellules nerveuses. En empêchant la synthèse des protéines responsables de la cicatrisation, les fibres nerveuses repoussent. Des essais ont permis à des souris paralysées de remarcher. La recherche tente de mettre au point une thérapie génique (ou génothérapie : faire pénétrer des gènes dans les cellules ou les tissus d’un individu pour traiter une maladie). D’autre part, il est possible de cultiver des cellules souches pour les transformer en neurones. il s’agit aujourd’hui de guider cette transformation. Selon Mr Privat, « On sait maintenant comment on peut réparer la moelle épinière. C’est une question de temps et d’argent ».

La question n’est plus de savoir si l’Homme fera repousser des cellules nerveuses dans les moelles épinières sectionnées pour soigner les personnes paralysées, mais quand ?

Les technologies ne cessent d’évoluer, les réglementations sont régulièrement renouvelées, les entreprises sont soumises à des pressions politiques, technologiques et concurrentielles… Mais comment se préparer aujourd’hui à demain ?

Je suis toujours à l’affût des nouvelles techniques et tendances qui pourraient nous permettre d’inventer l’avenir, d’imaginer des nouvelles idées de business et de structurer nos projets. N’hésitez donc pas à me laisser un petit message pour me faire part de votre vision.

Si vous avez aimé cet article, ou que vous êtes en désaccord avec les points abordés, la meilleure manière de me le dire est de donner votre point de vue en commentaire. Vous pouvez retourner au plan du site pour lire d’autres articles.

Bon travail à tous.

Aurélien Ferry

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :