Actualités

Une métropole sur une autre planète dès 2023

lq517696e7Coloniser la galaxie peut devenir possible. Voyager de planètes en planètes ; créer des habitations fixes sur d’autres terres ; se déplacer avec des véhicules ; disposer des ressources de ces planètes pour se nourrir, respirer, boire ; reproduire une civilisation humaines ailleurs ; vivre de manière autonome et pérenne sur d’autres mondes ; créer sur place des industries pour concevoir des briques, construire des bâtiments, étendre les zones de viabilités ; créer des solutions d’apports énergétiques et subvenir aux besoins électriques et de chaleur ; récupérer l’eau des sols ; en résumé : créer une colonie humaine permanente en d’autres lieux.

Ce projet prend forme et est en passe de devenir réalité.  2008, Bas Lansdorp, entrepreneur Néerlandais, fonde la société Puissance Ampyx. En 2011, il vend une partie de ses actions afin de lancer un projet ambitieux, un pari fou et quasi impensable : « Mars one », la création d’un plan d’affaire et d’un modèle économique viable afin de créer la première colonie humaine permanente sur Mars. Selon lui, le projet pourrait être entièrement financé par une exploitation médiatique du sujet sous la forme d’une téléréalité. Les premiers habitants martiens arriveraient dans leur nouveau cadre de vie en 2023.

En 2013, Bas Lansdorp présente les éléments du dossier : le rétroplanning de 2013 à 2025 avec l’envoie progressive de modules (de support de vie, d’habitation, de stockage), les astronefs pour envoyer les spationautes. Il prévoit également le financement, les technologies de la base martienne (panneaux photovoltaïques, rovers, four à briques, machine de production d’éléments plastiques. Une communauté se forme autour de Mars One pour résoudre les problèmes techniques : agriculture martienne, modules d’atterrissage. La collaboration de SpaceX, la société d’Elon Musk et des experts et spécialistes apportent une certaine crédibilité au projet.

En 2013, une énorme campagne médiatique vise à trouver des volontaires pour s’entrainer sur terre jusqu’en 2022, puis coloniser mars en 2023, sans possibilité de revenir sur terre un jour. La première phase de sélection clôturée le 31 Août 2013 est tellement attendue que prêt de 200.000 personnes du monde entier candidatent pour un aller simple pour mars.

Les technologies ne cessent d’évoluer, les réglementations sont régulièrement renouvelées, les entreprises sont soumises à des pressions politiques, technologiques et concurrentielles… Mais comment se préparer aujourd’hui à demain ?

Je suis toujours à l’affût des nouvelles techniques et tendances qui pourraient nous permettre d’inventer l’avenir, d’imaginer des nouvelles idées de business et de structurer nos projets. N’hésitez donc pas à me laisser un petit message pour me faire part de votre vision.

Si vous avez aimé cet article, ou que vous êtes en désaccord avec les points abordés, la meilleure manière de me le dire est de donner votre point de vue en commentaire. Vous pouvez retourner au plan du site pour lire d’autres articles.

Bon travail à tous.

Aurélien Ferry

Publicités

10 Trackbacks / Pingbacks

  1. 1. ENVIE > Je désire entreprendre | Relayeur.fr
  2. 2. IDÉE > J’ai une idée | Relayeur.fr
  3. 3. PROJET > Je suis outillé | Relayeur.fr
  4. 4. Soutien > Je suis soutenu | Relayeur.fr
  5. 5. Prospective > J’anticipe l’avenir | Relayeur.fr
  6. 3. PROJET > Je suis outillé | Relayeur.fr
  7. 2. IDÉE | Relayeur.fr
  8. 3. PROJET | Relayeur.fr
  9. 4. Soutien | Relayeur.fr
  10. 5. Prospective | Relayeur.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :